Atelier collage d’Irène Georges

L’atelier collage reprend, après 2 ans de suspension …

Toujours une séance par mois. Voici les dates pour ce trimestre : 14 octobre, 18 novembre, 9 décembre.

Si cela vous dit , rendez-vous à la Maison du Pont le vendredi à 15h00.

Les séances durent 3 heures, il n’y a rien à payer; sauf votre adhésion à « La Maison du Pont » 10€/an

Matériel à amener, dans la mesure du possible : une ou deux paires de ciseaux ( une grande, une petite ), un ou deux pinceaux ( un grand et un petit, pour la colle ), chiffons, vieux journaux, vieux magazines, cartes postales, images diverses, règle, crayon à papier, cutter.

Dimanche 11 décembre 2022, 17h, cabaret BREL

Ils nous avaient fait la joie, l’an dernier de venir chanter Brassens … Ils reviennent le 11 décembre, pour chanter, nous enchanter BREL ! L’autre Lieu, cabaret théâtre de La Ricamarie fera à nouveau le déplacement avec Jean-Luc Epallle, Joël Dimier, Christian Clavier … (Respectivement chant, guitare et … claviers !)

Mercredi 9 novembre 2022 : AG à 18h

Bonjour, mercredi 9 novembre 2022 à 18h aura lieu la 4ème assemblée générale de La Maison du Pont, nous vous espérons nombreux.

A l’issue de l’AG et avant le pot de l’amitié :
– Laurent Martin viendra exceptionnellement nous interpréter quelques morceaux sur son piano !

Exposition de photographies et de sculptures du 4 novembre au 17 décembre 2022

Exposition photographique par des jeunes de Chabreloche du 5 novembre au 17 décembre 2022
Exposition « Sculpture de la terre » de Betty LAUSSINE du 5 novembre au 24 novembre 2022
VERNISSAGE vendredi 4 novembre à 18h

 » Depuis une trentaine d’années, je tente d’aider mes jeunes élèves à comprendre le monde. À l’été 2017, écoutant Richard Orlinski parler de son travail, j’ai compris qu’il était aussi possible de le raconter à travers la sculpture.
À l’en croire, le chemin était accessible à tous, à condition d’oser l’explorer. J’ai osé.
J’ai choisi la terre pour ce qu’elle est. Docile, elle se laisse contraindre. Souple, elle autorise l’erreur. Capricieuse, elle invite à s’adapter. Généreuse, elle autorise l’excès. Perméable, elle restitue les émotions.
J’ai choisi la terre parce qu’elle me permet de raconter le monde tel que je le perçois, à travers les formes plus fidèlement qu’avec des mots.
Finalement, la terre est comme la grammaire… elle autorise. » Betty Laussine

Illustrations de Marion Janin 14/09 > 2/10/2022

Du 14 septembre au 2 octobre 2022, mercredi, jeudi, samedi de 15h à 19h, exposition à La Maison du Pont
Dix espèces du lac d’Aubusson d’Auvergne seront présentées.
Durant l’année scolaire 2020-2021, Marion Janin a travaillé avec les élèves de l’école d’Augerolles sur ces espèces patrimoniales dans le cadre de l’animation des sites Natura 2000 « Auzelles » et « Cavité minière de la Pause » et en parallèle, a réalisé 10 planches naturalistes
Venez découvrir la biodiversité remarquable du Lac et de notre territoire !

Mardi 3 mai 2022 à 20H  » La bataille de l’eau noire »

Mardi 3 Mai à 20 h : Projection du documentaire « La bataille de l’eau noire » de Benjamin Hennot, sur la lutte d’un village belge contre un projet de barrage hydroélectrique, dont voici le synopsis, ci-dessous (Entrée à prix libre) :

Belgique, 1978. Le Ministre des Travaux publics projette un immense barrage dans la vallée de l’Eau Noire, en amont de la petite ville de Couvin. Mais les habitants se transforment en de fiers Irréductibles et livrent une flamboyante guérilla… Un film choral qui communique la joie et la force d’un mouvement populaire en tous points exemplaire. Ils ont perpétré des chahuts et des chaulages, des sabotages et des saccages, des occupations et des “visites”, des campements sauvages et des corsos fleuris. Ils ont converti des billets de banque en vecteurs de propagande. Ils ont lancé la première radio libre de Belgique, dont les fugaces émissions étaient traquées (sans succès) par la gendarmerie. En cette tumultueuse année 1978, ces « Irréductibles Couvinois » étaient alors fermier, ouvrier en poêlerie, pompier, instituteur, professeur, assureur, naturaliste, jeune « lascar » ou étudiant en droit. Ensemble, et par-delà les convictions religieuses, politiques, idéologiques, par-delà les catégories sociales et culturelles, ils se sont unis et ont remporté une victoire fulgurante contre un projet de barrage inutile, qui aurait englouti la superbe vallée de l’Eau Noire et menacé leur cadre de vie. Neuf mois d’une lutte inventive, humoristique et furieusement déterminée.
« C’était dur » confient-ils unanimement, mais pour ajouter aussitôt que ce fut aussi la période la plus intense de leur vie.